9 min de lecture

Que sont les inégalités en matière de santé ?

 

Les inégalités de santé sont des différences dans les résultats de santé, l'accès aux soins et/ou les déterminants de la santé qui existent entre différents groupes de population en raison de disparités sociales ou économiques. NHS England définit les inégalités de santé comme "desdifférencesinjustes et évitables en matière de santé au sein de la population, et entre différents groupes de la société."

Les inégalités en matière de santé sont souvent mesurées en fonction des variations de l'espérance de vie, des résultats obtenus pour différentes maladies ou conditions de santé, et de l'accès aux services.

L'Organisation mondiale de la santé dispose d'un outil d'évaluation de l'équité en matière de santé qui permet aux utilisateurs d'étudier les inégalités en matière de santé dans certains pays et régions à l'aide d'un grand nombre d'indicateurs.

 

Variations de l'espérance de vie

 

L'espérance de vie est un indicateur de l'état de santé, et des variations injustifiées de l'espérance de vie peuvent indiquer des inégalités en matière de santé. Espérance de vie Il s'agit du nombre moyen d'années qu'une personne peut espérer vivre en fonction des taux de mortalité (décès) actuels. L'espérance de vie à la naissance mesure la durée moyenne de la vie entre la naissance et le décès. L'espérance de vie est également mesurée à partir de points spécifiques dans le temps, comme l'espérance de vie des personnes actuellement âgées de 65 ans.

Des taux d'espérance de vie élevés indiquent que les individus de cette population ont une meilleure santé physique et mentale, ainsi qu'un meilleur accès aux services de santé. À l'inverse, une espérance de vie plus faible peut être le signe d'une moins bonne santé physique et mentale, ainsi que d'un moindre accès aux soins de santé.

La variation de l'espérance de vie est souvent analysée en fonction du sexe et/ou de la géographie. Au niveau mondial, Oceana et l'Europe ont les niveaux d'espérance de vie les plus élevés, avec une espérance de vie à la naissance de 81 pour les femmes, et de 75 et 75 pour les hommes respectivement. Les femmes d'Océanie et d'Europe vivent en moyenne 17 ans de plus que leurs homologues d'Afrique. Les hommes en Océanie et en Europe vivent en moyenne 16 et 15 ans de plus que leurs homologues en Afrique.

inégalités en matière de santé Espérance de vie moyenne à la naissance en 2022

L'espérance de vie est influencée par un certain nombre de facteurs, dont l'éducation, le niveau de revenu, l'accès aux soins médicaux et les choix de mode de vie. Les personnes ayant des revenus et un niveau d'éducation plus élevés sont plus susceptibles d'avoir de meilleurs résultats en matière de santé que celles qui n'en ont pas.

En outre, les personnes vivant dans des zones où l'accès aux soins de santé est limité peuvent connaître des résultats de santé moins bons que les personnes vivant dans des zones où l'accès aux soins de santé est adéquat.

L'espérance de vie peut varier au sein des continents, des pays, des régions, des localités et des quartiers. Par exemple, selon l'Office of National Statistics au Royaume-Uni, l'écart d'espérance de vie à la naissance entre les zones locales du Royaume-Uni était de 11,3 ans pour les hommes et de 8,7 ans pour les femmes 2017-2019.

L'espérance de vie peut également varier en fonction du revenu. L'espérance de vie mondiale à la naissance est estimée à 73,3 ans (OMS, 2019). Cependant, elle varie de 11 ans, de 76,3 ans pour les pays à revenu moyen supérieur, à 65,1 ans pour les pays à faible revenu. L'Organisation mondiale de la santé estime que les enfants issus des 20 % de ménages les plus pauvres ont près de deux fois plus de risques de mourir avant leur cinquième anniversaire que les enfants des 20 % les plus riches.

 

Espérance de vie en bonne santé

 

L'espérance de vie en bonne santé mesure le nombre d'années qu'une personne peut espérer vivre en bonne santé. Elle est révélatrice de la santé physique et mentale, ainsi que de l'accès aux soins de santé et de facteurs liés au mode de vie tels que la nutrition, l'exercice physique et les habitudes tabagiques. Comme l'espérance de vie, l'espérance de vie en bonne santé est souvent utilisée pour évaluer les disparités entre les groupes de population au sein des pays.

L'espérance de vie en bonne santé varie en fonction du revenu. L'espérance de vie en bonne santé à la naissance dans le monde est estimée à 63,7 ans (OMS, 2019). Cependant, cela varie là encore de 11 ans, de 67 ans pour les pays à revenu intermédiaire supérieur, à 56,7 ans pour les pays à faible revenu.

 

Variations de l'état de santé

 

Les conditions de santé varient considérablement entre les différentes populations. Souvent, ces différences sont le résultat des inégalités de santé qui existent entre les groupes de population, telles que les disparités en matière d'accès aux soins de santé et/ou de choix de mode de vie.

Les données 2019 sur la charge mondiale de morbidité de l'Institute of Health Metrics and Evaluation (IHME) constituent une riche source de données comparatives et d'outils de visualisation des données qui permettent de comparer les maladies et leur impact sur l'état de santé des pays.

Les données sur la charge mondiale de morbidité démontrent le risque sérieux et disproportionné de mauvais résultats sanitaires dus aux maladies transmissibles, aux conditions maternelles et néonatales et aux conditions nutritionnelles auquel est confrontée la population en Afrique, par rapport à d'autres parties du monde.

 

Inégalité en matière de santé et COVID-19

 

Les variations de l'impact sanitaire de la pandémie de COVID-19 ont mis en évidence les inégalités en matière de santé dans le monde. Une étude du Lancet(McGowan et al, novembre 2022), a rapporté les résultats d'un examen des études à l'échelle mondiale et a conclu qu'il existait des preuves cohérentes, provenant de différents continents et pays, que les taux de mortalité liés au COVID-19 étaient plus élevés dans les zones défavorisées sur le plan socio-économique que dans les zones aisées.

Une initiative récente de l'Académie des sciences médicales (2022), a indiqué que dans 25 pays ayant fait l'objet d'une étude de cas, outre les inégalités liées au genre et au sexe, les groupes de population qui étaient touchés de manière disproportionnée par le COVID-19 comprenaient :

 

  • les groupes raciaux et ethniques mal desservis et sous-représentés
  • les réfugiés et les populations déplacées à l'intérieur du pays
  • socialement marginalisées (y compris les communautés LGBTQ+)
  • défavorisés sur le plan socio-économique.

 

Les facteurs qui ont contribué à cette situation sont le surpeuplement des logements, le type d'emploi et en particulier le statut de travailleur clé, les faibles revenus et l'incapacité à s'isoler. Tous ces facteurs ont entraîné une exposition différentielle au COVID-19. En outre, la variation de l'accès au dépistage, à la vaccination et au traitement ainsi que les différences dans les conditions d'isolement ; par exemple le risque d'exposition à la violence interpersonnelle.

 

Pourquoi les inégalités en matière de santé existent-elles ?

 

Les inégalités en matière de santé existent pour de nombreuses raisons. L'analyse des déterminants de la santé montre que la variation des circonstances sociales et de l'environnement explique près d'un tiers de la variation des résultats de santé, la variation de l'accès aux soins médicaux comptant pour environ 11 %.

Ce sont des facteurs qui peuvent être influencés par la politique gouvernementale dans le but de réduire les inégalités en matière de santé. Les variations des comportements individuels expliquent plus d'un tiers des variations des résultats en matière de santé ; il s'agit notamment de questions liées au tabagisme, à la consommation de substances, à l'alimentation et à la nutrition, à l'exercice physique. Dans la mesure où les comportements nocifs sont corrélés aux caractéristiques socio-économiques, celles-ci sont également souvent considérées comme des facteurs importants d'inégalités en matière de santé et peuvent être influencées par des campagnes et des interventions de santé publique.

 

Devrions-nous essayer de réduire les inégalités en matière de santé ?

 

Une récente enquête IPSOS au Royaume-Uni, publiée par la Health Foundation, suggère que la population générale du Royaume-Uni pense qu'il est important que le gouvernement agisse pour réduire les inégalités en matière de santé, en particulier lorsqu'il s'agit de différences de revenus et de géographie.

les inégalités de santé

Quel est le coût économique des inégalités en matière de santé ?

 

Il est prouvé que les inégalités en matière de santé ont un coût économique élevé, car elles réduisent la productivité et augmentent la pression sur le système de santé. Une étude récente de Deloitte (2022) suggère que les inégalités dans le système de santé américain ont entraîné des coûts pour le système de santé d'environ 320 milliards de dollars.

Au Royaume-Uni, une étude publiée en 2014 par l'Institute of Health Equity, de Frontier Economics, a estimé que les inégalités de santé en Angleterre entraînaient :

 

  • des pertes économiques comprises entre 31 et 33 milliards de livres sterling, sur la base de la valeur de la productivité perdue associée aux journées de travail perdues
  • 5,5 milliards de livres sterling de coûts pour le NHS
  • un impact fiscal (pertes d'impôts et augmentation des prestations sociales) compris entre 20 et 32 milliards de livres.

 

L'estimation combinée n'était pas loin de 65% du budget total du NHS.

Une étude du coût économique des inégalités en matière de santé en Europe(Mackenbach et al, 2011), suggère que les inégalités en matière de santé entraînent une perte de 1,4 % pour l'économie (mesurée par le PIB) par an.

 

Que peut-on faire pour réduire les inégalités en matière de santé ?

 

Les gouvernements ont un rôle important à jouer dans la lutte contre les inégalités de santé. Les politiques nationales et locales qui visent à améliorer l'éducation et les possibilités d'emploi, ainsi que les conditions de logement, peuvent contribuer à réduire les causes profondes des inégalités de santé.

Aux niveaux national et local, les initiatives de santé publique visant à améliorer les choix de mode de vie, comme l'accès à des options alimentaires plus saines ou les zones non-fumeurs, peuvent également contribuer à réduire les inégalités en matière de santé.

L'extension de la couverture du financement de la santé par le biais de fonds publics, d'assurances sociales ou privées, afin d'inclure les populations défavorisées et/ou à faibles revenus, est un levier important pour réduire les inégalités en matière de santé lorsque celles-ci sont dues à un accès insuffisant aux services de santé.

S'il existe des exemples de pays disposant de politiques nationales fortes pour lutter contre les inégalités en matière de santé, la majorité d'entre eux ne disposent généralement pas de la gouvernance et des cadres politiques nécessaires pour aborder ces questions de manière globale.

Une revue récente des initiatives à travers l'Europe(Barsanti et al, 2017) a conclu à "une faiblesse du système de gouvernance pour la majorité des pays en termes d'actions d'évaluation et d'impact des interventions dans la réduction des inégalités, et aux difficultés à avoir une vision claire et intégrée entre les niveaux national et régional ". Des progrès ont toutefois été réalisés en France, au Portugal, en Pologne et en Allemagne.

Le Kings Fund a documenté l'histoire des initiatives visant à réduire les inégalités en matière de santé en Angleterre depuis 1997. Il s'agit notamment d'initiatives multisectorielles telles que les zones d'action pour la santé, et d'un mélange d'approches nationales et locales. Cependant, en 2020, les inégalités de santé s'étaient accrues. Leur rapport conclut que les stratégies efficaces doivent être soutenues par un "câblage dur" des inégalités de santé dans le fonctionnement du système.

L'Organisation mondiale de la santé a mis au point l'Outil pour une politique d'équité en santé afin de guider les pays sur l'éventail des politiques et des interventions multisectorielles qui pourraient être lancées pour réduire les inégalités en matière de santé.

Outil d'action pour une politique d'équité en santé qui

L'outil comprend une série d'indicateurs que les décideurs politiques peuvent utiliser pour suivre l'impact de ces initiatives.

Les systèmes de santé et leurs partenaires peuvent jouer un rôle dans la réduction de l'impact des inégalités sur les résultats en matière de santé. Par exemple, la réduction des inégalités de santé est l'un des objectifs nationaux du NHS en Angleterre et des nouveaux systèmes de soins intégrés.

 

8 actions pour lutter contre les inégalités en matière de santé

 

Le NHS England a identifié huit actions pour lutter contre les inégalités en matière de santé.

 

  1. Protéger les plus vulnérables contre le COVID-19
  2. Rétablir les services du NHS de manière inclusive
  3. Développer des parcours de soins numérisés de manière à accroître l'inclusion.
  4. Accélérer les programmes de prévention qui engagent de manière proactive les personnes risquant d'avoir de mauvais résultats en matière de santé.
  5. Soutenir en particulier les personnes souffrant de problèmes de santé mentale.
  6. Renforcer le leadership et la responsabilité
  7. S'assurer que les ensembles de données sont complets et opportuns
  8. Collaborer localement à la planification et à la mise en œuvre des actions

 

Core20Plus5

 

L'initiative Core20Plus5, qui est également dirigée par NHS England, est une initiative très ciblée visant à soutenir le développement d'actions et d'objectifs nationaux et locaux pour réduire les inégalités en matière de santé.

Les responsables de la conception, de la mise en service et de la prestation des services sont tenus de développer et de cibler les interventions sur les 20 % les plus défavorisés de la population nationale, sur les groupes de population PLUS au niveau local ayant des besoins / défis particuliers, sur les groupes présentant des caractéristiques protégées (définies par la loi sur l'égalité de 2010), sur les groupes en situation d'exclusion sociale, et les groupes de santé d'inclusion, notamment les personnes sans domicile fixe, les toxicomanes et les alcooliques, les migrants vulnérables, les communautés de gitans, de roms et de gens du voyage, les travailleurs du sexe, les personnes en contact avec le système judiciaire, les victimes de l'esclavage moderne et d'autres groupes socialement exclus, dans cinq domaines cliniques, à savoir la maternité, les maladies mentales graves, les maladies respiratoires chroniques, le diagnostic précoce du cancer et l'hypertension.

Les zones locales sont encouragées à utiliser ce cadre pour développer des initiatives visant à améliorer les résultats en matière de santé pour ces populations, et donc à réduire les inégalités en matière de santé.

 

Comment la recherche peut-elle aider ?

 

La recherche peut nous aider à mieux comprendre les causes profondes des inégalités en matière de santé et à identifier les interventions réussies qui peuvent être étendues pour réduire les disparités dans le monde entier.

En partageant les données et les résultats, nous pouvons apprendre les uns des autres et travailler ensemble pour créer un monde plus équitable où chacun a accès à des soins de santé de qualité.

La pandémie de COVID-19 a stimulé l'intérêt pour des initiatives de recherche mondiales qui devraient améliorer la collaboration et les connaissances exploitables.

Chargement...
0
J'aimerais avoir votre avis, merci de commenter.x